Le blues du dé-confinement


Conseils bien-être, COVID-19 / jeudi, mai 14th, 2020

Temps de lecture estimé : 3 à 4 min.

Après deux mois ça y est, la fin du confinement est là ! Pourtant, loin de se réjouir, certains se sentent dépassés, stressés, angoissés voir étouffés et préfèrent poursuivre le confinement à leur façon.

J’ai trouvé un charmant petit nom à ce sentiment :  » le blues du dé-confinement ».
Vous vous sentez concerné ? Rien d’anormal, rassurez-vous.

Déjà, pour commencer, la période de confinement a été longue. Pour un animal social comme l’Homme, deux mois isolés chez soi, c’est énorme.
Alors bien-sûr nous avons tous compensé à notre manière grâce aux appels audio ou visio, nous avons peut-être même cherché le contact visuel avec nos voisins, nos commerçants, les passants dans les rues … Mais ce n’est pas pareil.
Dans un premier temps vous avez pu vous sentir enfermés, contraints, et donc révoltés, tels des lions en cage. Mais très vite, vous vous êtes adaptés et avez trouvé un nouveau rythme, un nouveau fonctionnement au quotidien. Vous avez apprécié le silence qui s’était installé dans votre quartier, le chant des oiseaux retrouvé, un rythme de vie plus lent et paisible, respectueux de vos besoins et envies …
Au final, vous avez peut-être même apprécié le confinement sur sa fin.

Et voilà qu’à présent nous sommes de nouveau autorisés à circuler (quasi) librement, sans attestations ni limite de temps, nous pouvons de nouveau retrouver nos proches… Mais quelque chose a changé dans l’air, n’est-ce pas ?
Quand les mesures sont respectées, nous assistons au spectacle des lieux désertés, ou du moins clairsemés, là où il était autrefois impossible de marcher sans frôler quelqu’un. Le port du masque est devenu la norme, alors qu’à peine 3 mois plus tôt nous rigolions encore des chinois sur cette pratique.
Et quand elles ne le sont pas, c’est un mal-être personnel que nous ressentons. Nous nous sentons agressés dans notre espace vital ou offusqués du non-respect ambiant…
Les axes routiers sont de nouveau bouchés, les bruits sont revenus … Les petits commerces locaux sont de nouveaux noyés dans la foule des fast-food, grands magasins, centre commerciaux qui ré-ouvrent leurs portes.
Et au final, nous nous sentons rassurés, nous respirons de nouveau lorsque nous retrouvons nos foyers.

Comme je l’ai dit, c’est tout à fait normal ! Et il y a des choses à y comprendre et apprendre sur nous-même et nos aspirations.

Lorsque nous nous sentons gêné par une situation, quel qu’elle soit, c’est souvent qu’elle heurte une de nos valeurs et nous renvoie à des notions qui ont leur importance pour nous.
Par exemple : je me sens toujours très stressée dans un environnement qui bourdonne, est très agité. De nature calme, je préfère vivre les choses à un rythme plus lent, parfois même hors du temps. Ça a même une grande importance pour moi dans mon quotidien et je ne l’ai réalisé qu’il y a peu.

Vous pouvez ainsi noter ce qui vous dérange et en déduire ce qui vous correspond vraiment.

Ce sentiment de mal-être suite au dé-confinement peut vous pointer du doigt le fait que vous réalisiez pendant ce confinement des actions qui vous étiez adaptées. Peut-être qu’il s’agit là d’une bonne occasion de vous rediriger vers vos réelles aspirations et un mode de vie dans lesquels vous vous sentirez vous-même, bien, à votre aise ?

D’ailleurs pour rappel, vos émotions ont toujours un message à vous transmettre :
– la peur vous met en garde face à une situation inhabituelle ou de danger
– la tristesse vous permet d’accepter la fin d’une situation et de faire votre travail de deuil
– la colère vous permet de vous révolter contre la transgression de vos valeurs
– le dégoût nous prévient de ce qui transgresse notre dignité
– la joie nous indique que nous vivons en paix avec nos valeurs et aspirations. Elle est l’émotion vers laquelle nous tendons tous à nous diriger.

Ce blues du dé-confinement, bien que normal, ne doit s’installer trop longtemps. Nous devons nous mettre en action afin de revenir à notre joie.

La vie doit reprendre son cours, petit à petit, au rythme qui nous convient. Nous devons reprendre notre travail, nos interactions avec le monde extérieur, tout en nous sentant en confiance et en sécurité.

D’ailleurs rappelons-le, dans le cas de cette pandémie, elle reste active ! Le dé-confinement veut simplement dire que les capacités en milieu hospitalier sont suffisantes à la gestion des malades et que la circulation du virus est suffisamment basse pour limiter une trop grande propagation dans la population. Il est nécessaire de continuer à respecter les gestes de protection, afin de continuer à circuler librement.

Une vidéo des plus intéressante sur le sujet : https://www.youtube.com/watch?v=BrGGS28p8ws

Soyez en paix avec vos émotions et surtout, écoutez-les, afin de vivre ce dé-confinement à votre rythme et sereinement.

Jennifer