Vivre dans la plénitude s’apprend


Conseils bien-être, Réflexions sur les méditations 21j Deepak Chopra / lundi, décembre 2nd, 2019

Temps de lecture estimé : 2-3min.

Jours 16 et 17. Le programme est à présent fini et je poursuis avec vous la réflexion sur les derniers jours de cette belle méditation.

Nous avons vu que vivre dans le flot permet de mettre plus de conscience dans nos actions, nos journées, et d’ainsi pouvoir contrôler le temps à notre guise. C’est une puissante aptitude qui n’est pas des plus facile à acquérir, surtout dans nos pays Occidentaux…

Il n’est pas naturel pour nous de rester dans l’ici et maintenant. Dès le plus jeune âge, il nous a été demandé de faire attention à notre futur, s’en préoccuper, tirer des leçons de notre passé, toujours … Nous mettons beaucoup d’effort dans nos société pour le devoir de mémoire. Mais au fond, à quoi sert-il ? N’est-il pas plus bénéfique de simplement intégrer cette mémoire comme expérience de vie et poursuivre nos expériences actuelles en les vivant pleinement, et non entachées du spectre du passé?

Dans les pays d’Orient, vivre dans la pleine conscience fait partie intégrante de l’éducation parentale, est intégrée aux programmes du système éducatif. Il est enseigné la gratitude, l’attention, la respiration, le contrôle de soi et de ses mouvements. Le yoga est pratique courante, tout comme les arts martiaux, qui enseignent la discipline, et la méditation.

Apprendre sur le tard toutes ces pratiques n’est pas chose aisée, mais c’est tout à fait possible. Ce qui est naturel et automatique pour nos amis orientaux peut s’acquérir par assiduité, entraînement, et surtout patience.

De la même façon que nous n’avons plus à réfléchir à comment conduire, nous brosser les dents ou faire nos lacets, nous pouvons intégrer les réflexes de la vie de pleine conscience à notre quotidien.

La méditation, le yoga, sont des pratiques répandues, faciles d’accès et riches en apports personnels. Il est très facile de trouver des vidéos de cours, des applications mobiles pour les pratiquer en groupe ou bien seuls, en extérieur, en salle ou simplement chez soi.

Intégrer ses pratiques dans notre quotidien, quel qu’en soit le rythme, habitue notre cerveau à cette pratique et créé des automatismes.

Ainsi, nous pouvons vivre plus sereinement les évènements de la journée, sans se laisser embarquer par les réactions de notre esprit. Nous n’accordons plus d’importance à ce qui n’est pas, ce qui allège considérablement notre charge mentale quotidienne.

Alors, vous vous y mettez quand ?

Jennifer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *